Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Prurit

Fiche OD
Une Fiche MedG Orientation Diagnostique
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 22/02/18.

Dermato
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 113


Dernières mises à jour
– décembre 2017 : relecture avec la 7e édition de dermatologie, modifications mineures (Vincent)
– octobre 2012 : création de la fiche (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1CEDEF 7e édition 2017 – item 109 (référentiel de dermatologie)
:  [pas de CC/RCP]
Sommaire
1) Etiologie
– Prurit diffus avec lésions spécifiques
– Prurit diffus sans lésion spécifique
– Prurit localisé
– Remarque : dermatoses non prurigineuses
2) Orientation diagnostique
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Synthèse
3) Traitement symptomatique

!! URGENCES !!

Etio / Clinique
(aucune)

Déf : sensation qui provoque le besoin de se gratter

1) Etiologie 1

  • Prurit diffus avec lésions spécifiques

Mnémo : PLUMAGE 

Etiologie Clinique Paraclinique
Psoriasis Tache érythémato squameuse arrondie ± blanchâtre (prurigineux dans > 50% des cas)
Lichen plan Papule brunâtre, recouverte de stries blanchâtre, symétrique, prédominant face antérieure des poignets, avants-bras, coudes, genoux et région lombaire
± lésions muqueuses associés (buccales) : lésions blanches réticulées, érythémateuses ou érosives non-prurigineuses
Biopsie cutanée : infiltrat cellulaire dermique superficiel en bande
Urticaire
Papule oedematiée rosée, fugace, migratrice
± formes avec dermographisme ; mastocytose cutanée chez l’enfant
Mycosis fongoïde et syndrome de Sézary (lymphome T cutané)
Sujet > 50 ans
Placard érythémateux et squameux, évoluant en infiltration avec squames peu épaisses et prurit insomniant
Syndrome de Sézary : forme érythrodermique et leucémique
Biopsie cutanée 0
Auto-immun (dermatose bulleuse) Lésion pseudo-urticariennes et bulleuses (pemphigoïde)
Lésions vésiculeuses ou bulleuses (dermatite herpétiforme)
Biopsie cutanée (immunofluorescence directe)
Gale Sillon scabieux. Prurit à recrudescence nocturne épargnant le visage. Collectif
Eczema (de contact ou dermatite atopique)
Placard érythémato-vesiculeux
  • Prurit diffus sans lésion spécifique (prurit « sine materia »)
Etiologie Clinique Paraclinique
Affection générale * Signes généraux parfois présent Selon pathologie
Médicament Interrogatoire
Environnement ¤ Interrogatoire
Psychogène Diagnostic d’élimination (mais pas idiopathique)
± pathologie psychiatrique associée, évènement stressant déclenchant

* Affection générale = mnémo CHEMIIN
Cholestase
Hémopathie (lymphome, Vasquez)
Endoc  : dysthyroïdie (hypo– ou hyperthyroïdie)
Martiale et vitaminique (carences)
Infectieux (VIH, VHB, VHC, ascaridiose, toxocarose, anguillulose…)
Insuffisance rénale chronique (au stade de dialyse ++)
Neuro (atteinte centrale)

¤ Principales causes environnementales :
– agent irritant ou caustique (antiseptiques, produits d’hygiène parfumés…)
– prurit aquagénique (éliminer un Vasquez)
– xérose (« prurit sénile » 0)

  • Prurit localisé

Du cuir chevelu
– pédiculose
– intolérance / eczéma de contact
– état pelliculaire simple
– psoriasis et dermatite séborrhéique
– « névrodermite » = lichenification de la nuque

Autres localisations :
– mycose
– parasitose : autochtones (dermatite des nageurs) et helminthiases tropicales (onchocercose, loase, filariose lymphatique, bilharziose…)
– piqûre insecte / végétaux

  • Remarque : dermatoses non prurigineuses 0

Psoriasis (50%)
Pemphigus (contrairement aux autres dermatoses bulleuses)
Maladies éruptives de l’enfant (n’incluent pas la varicelle)
Acné
Syphilis

 2) Orientation diagnostique

A) Clinique 1

Anamnèse
– Localisation, horaire, circonstances aggravantes (hypersudation, repas, douche…) ou apaisantes (bains froids…)
– Altération de la qualité de vie (insomnie, trouble du comportement…)

Clinique : 3 signes à rechercher
– lésions de grattage = excoriation, strie linéaire, ulcérations, prurigo (papulo-vésicule), lichenification, surinfection
– lésions spécifiques
– signes généraux

Note : lors de la grossesse, un prurit peut être lié à une cholestase intra-hépatique (prurit sine materia) ou à des dermatoses bulleuses auto-immunes spécifiques de la grossesse (pemphigoïde, éruption polymorphe de la grossesse)

B) Paraclinique 1

En cas d’absence de lésion spécifique et d’orientation clinique

Bilan de première intention devant un prurit ‘sine materia’
Bio :
– NFS plaquettes
– γGT, PAL
– créatinémie
– TSH
– sérologies VIH, VHB, VHC
Imagerie : RxT, écho abdo
(pas d’indication à la biopsie)

Remarque 0
– possible ajout de la ferritinémie dans le bilan de base
– en cas de bilan négatif, chez le sujet âgé, possible biopsie cutanée pour éliminer une dermatose auto-immune (et conclure à un prurit sénile)

C) Synthèse 0

(attention, erreur : dans les causes avec signe dermato spécifique, il faut lire Mycosis fongoïde au lieu de Martiale – MaJ en cours)

3) Traitement symptomatique 1

Toujours penser au traitement étiologique

RHD et PEC non-médicamenteuse :
– limiter les facteurs irritants (produits médicaux ou cosmétiques, vêtements serrés et rèches – éviter la laine 0)
– se couper les ongles (éviter les lésions de grattage)
– photothérapie, crénothérapie0

PEC médicamenteuse : rarement utile !! Spécialiste.
– hydroxyzine + doxépine le soir, pour diminuer le prurit nocturne
– assurer une bonne hydratation cutanée dans les xéroses, notamment par des émollients ou savon surgras
– dermocorticoïdes possibles dans les lésions inflammatoires, provoquées par le grattage (non-recommandés en cas de prurit isolé)

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

5 réponses à “Prurit”

  1. Il existe également 2 pathologies de prurit sine materia localisé : la notalgie paresthésique (haut du dos) et le prurit brachioradial (bras)

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Dermatologie
Item(s) R2C (ECNi) : 116 (113)

Articles liés
Prurigo actinique
Prurigo strophulus
Prurigo
Prurit brachio-radial
Notalgie paresthésique

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Prurit sine materia (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2018)
CEDEF - Prurit (Réf. de Dermatologie - 2017)
Prurit de l’enfant (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

Soulager les démangeaisons cutanées persistantes (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : Quand les démangeaisons sont intenses ou tardent à disparaître, des mesures simples évitent de les aggraver. L'application d'un émollient à base de vaseline et parfois l'utilisation d'un médicament soulagent en général.


Documents grand public

Dermato-Info (Site Web) Site d'information grand public de la société française de dermatologie

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale

> La Fiche

Désolé, le sommaire automatique n'est pas (encore) disponible pour cette fiche.

> Les Commentaires

> Mon Espace Perso

> Ailleurs sur MedG

> La Bibliothèque

 
Navigation