Rage

Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 14 avril 2019.

Infectiologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 169

Dernières mises à jour
Avril 2019 : ajout de la source INPES, précisions concernant le diagnostic paraclinique et les protocoles de vaccination / sérothérapie (Vincent)
Octobre. 2018 : création de la fiche (Beriel + Thomas)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : ECN Pilly 2018 – item 169 (référentiel des enseignants d’infectieux)
2 : Guide des vaccinations 2012 – Rage (INPES)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
3) Evolution
4) PEC
– A) Traitement
– B) Prévention

1) Généralité 1

Déf : Zoonose due à un virus neurotrope fragile, de la famille des Lyssavirus.

Epidémiologie – Transmission
– Transmission directe par contact avec le virus (morsure, salive : peau lésée ou muqueuse, griffure) à partir d’un animal infecté
– Situations à risque en France : contact avec animaux terrestres importés, chauves-souris (rage des chiroptères), voyage en zone à risque. La France est épargnée par la rage des animaux terrestres (chiens, chats, furets)
– Données mondiales : 55000 décès chaque année

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Encéphalite avec spasme hydrophobique
PCR ++, Culture, Immunofluorescence directe

A ) Clinique

  • Anamnèse 

Notion de contact (morsure, griffure, salive) avec un animal atteint de rage (Diagnostic de certitude)

Incubation : 10 jours à 1 an (d’autant plus courte que le lieu d’inoculation est richement innervé ou proche du SNC : face, mains)

  • Examen physique

Phase d’état : Tableau d’encéphalite avec spasme hydrophobique  +++ (contraction paroxystique du pharynx, empêchant la prise de boisson)

B ) Paraclinique

RT-PCR (diagnostic de certitude) 2 à la recherche d’acides nucléiques viraux sur divers prélèvements
– Salive : virus présent de façon transitoire, prélèvement à répéter 3 fois
– Biopsies de follicules pileux de la nuque
– LCR (moins sensible)

Si l’animal meurt ou est euthanasié, isolement du virus par immunofluorescence, PCR ou culture sur tête de l’animal euthanasié 1.

3) Evolution 1

Le virus reste silencieux tant qu’il n’a pas atteint l’encéphale. On profite de ce délai pour réaliser une vaccination curative. Une fois les symptômes déclarés, l’évolution se fait constamment vers le décès.

4) PEC 1

Il n’existe aucun traitement curatif ! Seul une PEC préventive pré- et post-exposition sont possibles. Le traitement préventif se fait dans un centre antirabique.
Maladie à déclaration obligatoire 2
Ne pas oublier la PEC de la plaie associée.

En cas de risque élevé : Vaccination curative et sérothérapie afin d’assurer une immunité protectrice rapide. En cas de risque élevé, la durée d’incubation est courte et la vaccination à elle seule n’est plus suffisante.

En cas de risque quasiment nul
– Pas de mesures spécifiques
– Surveillance vétérinaire obligatoire pour l’animal pendant 14 jours et rédaction de certificat à J0, J7 et J14. Si pas de signes, la morsure n’était pas infectante.

Autres mesures de prévention
– Lutte contre la rage animale : Vaccination
– Vaccination prophylactique : profession à risque, voyage en zone d’endémie

Mesures préventives en pratique 2

Situation Conduite à tenir
Avant exposition : si contact fréquent avec Lyssavirus (labo) ou les animaux infectés (chauves-souris), ± vétérinaires, voyageurs… Vaccination prophylactique :
– 3 doses à J0, 7 et 21
– Rappel à 1 a puis tous les 5 ans
Après exposition : si vaccination antérieure Rappel prophylactique de vaccination : 2 doses à J0 et J3
Après exposition : pas de vaccination antérieure et risque faible = mordillage / griffures / abrasions sans saignement Vaccination curative immédiate
– Protocole 2-1-1 de Zagreb (2 injections à J0 – 1 à chaque bras -, puis une à J7 et J21)
– Protocole de Essen chez l’immunodéprimé (injections à J0, 3, 7, 14 et 28)
– Arrêt vaccination si observation vétérinaire OK
Après exposition : pas de vaccination antérieure et risque élevé = morsure / griffure transdermique – léchage sur peau lésée / muqueuse – exposition à des chauves-souris Vaccination curative + sérothérapie immédiate



One thought on “Rage

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.