Hydatidose

Infectiologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 169


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité  1A

Déf : Zoonose cosmopolite due principalement à la larve d’Echinococcus granulosus (parasite du groupe des cestodes 1B). L’hydatidose est encore appelée kyste hydatique.

Physiopathologie : Dans l’organisme les larves donnent lieu à des kystes dont la paroi peut se calcifier. Ces kystes se situent surtout au niveau du foie (60%) ou des poumons (30%), plus rarement au niveau des reins, de la rate et du cerveau (10%)

Epidémiologie
– Incidence annuelle chez l’homme estimée à 1/100 000 (données européennes) 2
– Fréquente dans les régions d’élevage (sud de la France, Maghreb etc.)
– Ouganda, Ethiopie, Soudan :  Prévalence de 1 à 3,2% de la population générale 2

Transmission : Ingestion des œufs par
– Contact direct avec chien infecté
– Transmission indirecte : contact avec eau, aliments souillés par déjections canines
– L’homme est un hôte accidentel menant à une impasse dans le cycle de l’échinocoque

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Asymptomatique
Sérologie

A ) Clinique

  • Anamnèse

Découverte fortuite

  • Examen physique

Pathologie habituellement asymptomatique, se révélant lors des complications.

B ) Paraclinique

Sérologie : sensibilité de 95% des cas de localisation hépatique, diminuée en cas d’autres localisations, de surinfection ou de calcification du kyste.

Imagerie : IRM hépatique = référence 1B (échographie ou scanner 1A). Retrouve un kyste liquidien, unique ou multiple, à paroi ± calcifié.

Signes d’appel :
Radio pulmonaire : 
une ou plusieurs opacités arrondies intra parenchymateuses ± images hydro-aériques (en cas de complications : fissuration dans une bronche)
Hyperéosinophilie :  En cas de fissuration du kyste

!! Formellement CI : ponction biopsie du kyste, car risque de dissémination !!

3) Evolution  1A

Evolution insidieuse avec augmentation de la taille du kyste.

Complications en l’absence de traitement
– Compression de structures de voisinage
– Fissuration, infection, rupture dans un organe creux => fièvre et/ou douleur, accidents anaphylactiques 1A, 1B, toux, hémoptisie, vomique = rejet d’un liquide eau-de-roche lors d’un effort d’expectoration (formes pulmonaires) 1B

Après traitement chirurgical, la sérologie se négative en 1 à 2 ans.

4) PEC 1A

A ) Traitement

Il est médical ET chirurgical

  • Traitement chirurgical

– Enlever le kyste sans l’ouvrir pour éviter l’essaimage.
– Si exérèse complète impossible : Ponction Aspiration Injection et Réaspiration sous contrôle échographique (PAIR)

  • Traitement médical

– Encadrer la chirurgie avec de l’Albendazole : 1 mois avant et 1 mois après (évite essaimage)
– Albendazole sur longue durée si traitement chirurgical ou PAIR impossible

B ) Suivi

Surveillance de la tolérance (albendazole) et de l’efficacité du traitement chirurgical

Bilan
Bilan hépatique
Dosage des leucocytes
Séro de contrôle

C ) Prévention

Prévention primaire
– Administrer un traitement ténifuge régulièrement aux chiens domestiques
– Eradiquer les chiens errants
– Lavage des mains après avoir caressé un chien

Prévention secondaire 0 
– PEC précoce de la maladie. 

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.