Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Anguillulose

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 22/09/20.
Dernières mises à jour
– Septembre 2020 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : ANOFEL – Anguillulose (Référentiel des enseignants de Parasito. et mycologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]

1) Généralités 1

Déf : helminthose due à un nématode : Strongyloides stercoralis.

Physiopathologie 
– Adultes et larves enchâssés dans la muqueuse duodénale ⇒ phénomènes inflammatoires peu douloureux et troubles du transit. 
– Migration des larves ⇒ manifestations cutanées allergiques (larva currens, urticaire)
– Immunodépression (acquise ou iatrogène) ⇒ dissémination massive de larves ⇒ anguillulose maligne.

Épidémiologie 
– Répartition géographique 
 . pays tropicaux et subtropicaux 
 . sud de l’Europe (Italie, Espagne)
 . France : cas importés ++ (Antilles, Réunion, etc.) ou autochtones 
– Mode de transmission 
 . transmission transcutanée par la larve strongyloïde lors d’une marche pied nu
 . auto-infection possible.

Parasitologie 
Agent pathogène 
> Ver adulte 
 – femelle seule connue chez l’Homme (dite pathénogénétique de S. stercoralis)
 – ver rond et blanchâtre vivant enchâssé dans la muqueuse duodéno-jéjunale 
 – dimensions : 2-3 mm par 35-40 μm

> Larves 
 – larves rhabditoïdes non infectantes
  . double renflement œsophagien, retrouvées dans les selles 
  . L = 300 μm 
– larves strongyloïdes infectantes
 . œsophage rectiligne et queue bifide 
 . L = 500 μm
 . ils sont capables de pénétrer à travers la muqueuse du tube digestif ou de la marge anale sans passage par le milieu extérieur 

Cycle évolutif
Le cycle évolutif de Strongyloides stercoralis fait appel à deux modes de reproduction : le mode pathénogénétique (chez l’Homme) et le mode sexué (dans le milieu extérieur) 
Trois modalités sont donc observées :

> Le cycle long externe sexué 
 – Contamination de l’Homme par la larve strongyloïde
 – Elle gagne le poumon par voie lymphatique ou sanguine et traverse la paroi de l’alvéole pulmonaire pour gagner les bronches puis la trachée
 – Là, elle est déglutie et gagne l’intestin grêle où elle devient une femelle adulte pathénogénétique qui s’enfonce dans la muqueuse et y pond ses œufs 
 – Les œufs éclosent dans la muqueuse intestinale et les premières larves rhabditoïdes apparaissent dans les selles 27 jours après la contamination 
 – Une température du sol > 20°C favorise la transformation des larves rhabditoïdes émises dans les selles en adultes libres stercoraux capables de fécondation
 – Dans le milieu extérieur, les œufs pondus libèrent des larves rhabditoïdes de seconde génération qui sont capables de devenir des larves strongyloïdes infestantes (cycle stercoral) 

> Le cycle court externe asexué 
 Les larves rhabditoïdes peuvent dans certaines conditions extérieures se transformer directement en strongyloïdes infestantes.

> Le cycle direct endogène ou d’auto-infection 
 Il arrive que lors du transit intestinal certaines larves rhabditoïdes se transforment en larves strongyloïdes infestantes directement dans l’intestin du sujet contaminé.

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
asymptomatique ++
douleurs épigastriques et épisodes diarrhéiques
forme habituelle : examen parasitologique spécifique des selles
forme maligne : mise en évidence des larves strongyloïdes dans les liquides biologiques

A ) Clinique 

  • Forme habituelle

Asymptomatique ++

Phase d’invasion 
– peu ou pas symptomatique 
– syndrome de Löffler 

Phase de migration 
– signes cutanés allergiques, inconstants 
 . dermatite linéaire rampante (larva currens) d’une dizaine de cm, avec prurit, se déplaçant rapidement avant de disparaître spontanément (peut récidiver à un rythme ± régulier lors du cycle endogène)
 . la dermatite peut prendre la forme d’un urticaire 
– signes pulmonaires 
 . rares 
 . toux sèche
 . crises d’asthmes

Phase d’état : douleurs épigastriques et épisodes diarrhéiques 

  • Forme maligne

– Terrain immunodéprimé 
 . iatrogène : corticothérapie à dose élevée et prolongée
 . retroviroses (HTLV-1 par ex)
 . débilités : malnutrition, cachexie, etc.)
– Infections profondes à BG – ou anaérobies transloqués par les larves qui pullulent 

B ) Paraclinique

Forme habituelle 

NFS : hyperéosinophilie ± élevé évoluant en ondulation irrégulière 

Examen parasitologique spécifique des selles : découverte de larves de Strongyloides stercoralis dans les selles fraîchement émises 
 . méthode de Baermann ++ : extraction des larves attirées par l’eau et la chaleur 
 . coproculture parasitaire 

Forme maligne 
– mise en évidence des larves strongyloïdes en abondance ++ dans les produits biologiques 
 . liquide gastrique 
 . liquide cérébro-spinal 
 . liquide de lavage bronchiolo-alvéolaire 
 . etc.

C ) Diagnostic différentiel

Pas de données relatives au diagnostic différentiel dans le référentiel.

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

– Forme habituelle : en absence de traitement, la maladie peut évoluer sur plusieurs dizaines d’années avant une découverte fortuite. 
– Formes malignes : elles sont le plus souvent mortelles. Elles aboutissent à des complications.

B) Complications

– Septicémies 
– Infections méningées, pulmonaires etc.

4) PEC 1

A ) Traitement

– Ivermectine (Stromectol ®)
 . 200 μg/kg chez l’adulte, en prise unique 
 . administration prolongée si forme disséminée
– Albendazole (Zentel ®) 
 . moins efficace 
 . 15 mg/kg/jour pendant 3 jours 

B ) Prévention

Prévention primaire
– Lutte contre le péril fécal 
 . amélioration de l’hygiène 
 . éducation sanitaire 
– Assainissement 
 . élimination des déjections humanitaires et des eaux usées
– Assèchement des collections d’eau stagnante 
– Port de chaussures 
– Education de tout sujets amené à voyager dans une zone endémique sur le risque spécifique lié à la parasitose 

Prévention secondaire
– Traitement des sujets porteurs 
– Traitement préventifs des sujets en zone endémique avant toute corticothérapie (surtout si hyperéosinophilie, même modérée)

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : +35

Articles liés
Classification des parasites
Syndrome de larva migrans
Filariose
Syndrome de Larva migrans cutanée
Anisakidose
Toxocarose
Filariose à Loa loa
Onchocercose
Filariose lymphatique
Tungose
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
ANOFEL - Anguillulose (Réf. de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale