Ostéochondrite disséquante

                                               Fiche non relue par un tiers !!!


Rhumatologie  
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi x


Dernières mises à jour
– Août 2019 : Création de la fiche (Beriel + Thomas)

Sources

MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable 
: B.Moyen, D.Laptoiu, G. Lefort, J-L. Lerat. Ostéochondrite disséquante des condyles fémoraux. Elsevier, 2006 (article original)

1) Généralités 2 

Déf : L’ostéochondrite disséquante (OCD) correspond à une zone localisée de modification vasculaire atteignant l’os sous-chondral.
La présente fiche traite de l’OCD du genou  (Localisation principale +++)

 

2) Diagnostic 2

Clinique Paraclinique
 Douleurs Radiographie
IRM
Arthroscopie

A ) Clinique

  • Anamnèse

Signes fonctionnels 
– Douleurs diffuses, d’horaire mécanique.
– ± Sensations d’accrochage (mouvements de flexion-extension)
– ± Blocage vrai (rare, en cas de lésion ostéochondrale libérée dans l’articulation)

  • Examen physique

Signes cliniques 
– Absents ++
– ± Hydarthrose (rare) 
– Signe de Wilson (OCD du condyle médial) : Douleur réveillée lors du passage de la flexion en extension du genou, le tibia étant en rotation interne forcée. La douleur disparaît lors de la rotation externe du tibia.
– ± Limitation de la mobilité (rare)

B ) Paraclinique

> Radiographie : La radiographie permet de classer les lésions de l’OCD selon Bedouelle.

  • Classification selon Bedouelle

Stade 1a : Image claire ou niche bien limitée avec contours épaissis et un peu plus opaques. Pas de calcification ou d’ossification. 
Stade 1b : Image lacunaire avec des ombres de calcifications ou d’ossifications petites, irrégulières, souvent multiples
Stade 2a : Séquestre enclos avec une image condensée, unique ou multiple assez dense, parfois irrégulière, séparée par une bande claire non ossifiée du fond de la loge d’ostéochondrite. La lésion reste de niveau par rapport au condyle.
Stade 2b : stade 2a + fissure sur un bord
Stade 3   : Image en «grelot». Lésion largement fissurée et ouverte dans l’articulation. Image du séquestre plus dense, parfois lamellaire et souvent décalée par rapport à la surface osseuse du condyle. Le séquestre reste dans sa loge, retenu par un pédicule cartilagineux ou synovial. Parfois, il peut être entièrement détaché.
Stade 4   : Stade du corps étranger intra-articulaire.

> IRM : L’IRM permet de classer les lésions de l’OCD selon Dipaola 

  • Classification selon Dipaola

Stade 1 : Epaississement du cartilage articulaire ; Diminution de signal osseux en T2.
Stade 2 : Brèche dans la surface articulaire ; Diminution du signal osseux en T2 avec une zone de tissus fibreux entourant l’OCD
Stade 3 : Séparation du cartilage ; Augmentation du signal en T2 en arrière du fragment témoignant de la présence de liquide synovial
Stade 4 : Corps étranger libre

> Arthroscopie : Elle permet de classer les lésions de l’OCD selon Guhl

  • Classification selon Guhl

Stade 1 : Cartilage intact (couleur et consistance)
Stade 2 : Fissure périphérique non circonférentielle
Stade 3 :  Lésion partiellement détachée 
Stade 4 : Cratère avec ou sans un corps étranger

C ) Diagnostic différentiel

– Les fractures traumatiques ostéochondrales
– Les anomalies d’ossification
– La polyostéochondrose juvénile

3) Evolution 2

A) Histoire naturelle

La cicatrisation spontanée est possible dans l’OCD juvénile.

B) Complications

Arthrose du genou

 

4) PEC 2

A) Bilan initial 0

IRM : Vitalité (dévascularisation) +  Instabilité 
Arthro-TDM : Instabilité 

Les critères d’instabilité 
– Hypersignal interface os-fragment (IRM)
– Fissuration du cartilage
– Défect osseux
– Microgéodes

B) Traitement

  • Traitement orthopédique

– Immobilisation 
– Indiquée uniquement en cas d’OCD juvénile 0

  • Traitement chirurgical 

> Moyens
– Multiperforations
– Fixation
– Excision du fragment et débridement du fond de la niche
– Greffes
– Ostéotomie directionnelle

> Indication : Elle est fonction de plusieurs paramètres comme l’âge du patient, le siège de la lésion, le volume de l’ostéochondrite, le stade évolutif.

 

 



 




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.