Luxation antéro-inf. recidivante de l’articulation gléno-humérale

                                                 Fiche non relue par un tiers !!


Orthopédie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 357


Dernières mises à jour
– Juin 2019 : Création de la fiche (Beriel + Thomas)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
: CFCOT 1ere édition 2017 – item 357 (Référentiel des enseignants d’Orthopédie-traumatologie)

1) Généralités 1

Déf 0 : Il s’agit d’une luxation de la gléno-humérale pouvant survenir au décours d’une luxation antéro-interne et revêtant un caractère récidivant du fait de certains facteurs. 

Rappel anatomique : voir la fiche “anatomie de l’épaule

2) Diagnostic

Clinique Paraclinique
Douleur ; Attitude antalgique ; Impotence fonctionnelle Radiographie de l’épaule 

A ) Clinique

  • Anamnèse

Terrain : Sujet jeune lors du premier incident +++

Facteurs de risque 
– Sport à risque (armé contré)
– Sport de haut niveau
– Existence de lésions anatomiques : 
 . Lésions associées à la première luxation (Fracture de la glène antéro-inférieure ; lésions capsulo-labrales étendues ; encoche de MALGAIGNE profonde)
 . Non cicatrisation des structures capsulo-labrales
 . Elongation globale des structures ligamentaires

Signes fonctionnels : Douleurs

  • Examen physique

Signes cliniques
– Amplitudes articulaires normales
– Test d’appréhension : Bras en abduction + rétropulsion + rotation externe on applique doucement une poussée d’arrière en avant sur l’extrémité supérieure de l’humérus. Le test est positif lorsque le patient signale une crainte de récidive.
– Signe de GAGEY : Une main bloque fermement l’acromion, l’autre place le coude en abduction maximum. Une différence par rapport au côté opposé est en faveur d’une lésion capsulo-labrale inférieure.
– Signe du sillon : La traction axiale verticale sur le membre fait apparaître un sillon sous acromial en faveur d’une distention capsulaire inférieure (surtout dans le cadre des hyperlaxités constitutionnelles)
– Tiroir antérieur : le patient est en décubitus dorsal ou en procubitus totalement détendu.
– Signe de réduction : Le patient en décubitus, perception de la réduction (antépulsion rotation interne) de la tête fémorale après l’avoir amené en subluxation (rétropulsion abduction rotation externe). La manipulation doit être douce +++

> ± Signes d’hyperlaxité (toujours rechercher)
– Hyperextension des coudes ;
– Hyperextension des métacarpo-phalangiennes ;
– Contact pouce avant-bras en flexion/inclinaison radiale du poignet ;
– Hyperextension des genoux ; 
– Laxité cutanée, laxité de l’autre épaule ;
– Pas d’antécédent traumatique vrai chez de très jeunes patients ;
– Antécédent de luxations volontaires dans l’enfance.

B ) Paraclinique

– Radiographie de l’épaule 
  .
incidence de face 3 rotations : encoche visible en rotation interne surtout ; perte de la condensation glénoïdienne antéro-inférieure ; fracture de la glène.
  . profil de  LAMY, de BERNAGEU ou incidence de GARTH : éculement glénoïdien antéro-inférieur.
– Arthroscanner ou Arthro-IRM +++ : évaluation des structures ostéo-capsulo-labrales antéro-inférieures +++ et de l’encoche céphalique postérieure ± mise en évidence d’une désinsertion capsulaire du côté huméral.

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

En absence d’une PEC adéquate, les lésions anatomiques s’aggravent progressivement.

B) Complications

–  Augmentation du risque de récidive (éculement glénoïdien). 
–  Incidents de luxation de plus en plus fréquents et faciles pour des gestes de plus en plus simples sans traumatisme.
–  Sensation d’insécurité entre les incidents.
–  Sensation de bras mort dans des positions forcées (traction axiale)

4) PEC 1

Le traitement est chirugical et se fait à ciel ouvert ou par arthroscopie : 
> Remise en tension capsulo-ligamentaire 
 – Intervention de BANKART ; 
 – Capsulorraphie antérieure (entrecroisement de lambeaux capsulaires).

> Butée osseuse (LATARJET) par transposition et fixation par vis en position antéro-inférieure de la partie horizontale de la coracoïde ± du coraco-biceps + réinsertion
capsulaire + effet hamac sur le subscapularis (c’est le triple verrouillage de PATTE)

 




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.