Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Trichinellose

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 25/09/20.
Dernières mises à jour
– Septembre 2020 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : ANOFEL – Trichinellose (Réf. collège de Parasito. et mycologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]

1) Généralités 1

Déf : zoonose cosmopolite transmise par un nématode vivipare du genre Trichinella.

Physiopathologie 
– Fixation des femelles dans l’intestin 48 heures après l’infection ⇒ catarrhe intestinal (diarrhée toxi-infectieuse)
– Dissémination larvaire et son enkystement musculaire avec excrétion de produits métabolites ⇒ œdèmes, myalgies diffuses, myocardites, encéphalites et signes généraux.

Épidémiologie 
Données épidémiologiques 
– les espèces du genre Trichinella se retrouvent partout dans le monde, surtout dans les régions à climat tempéré 
– l’infestation de l’Homme est fréquent en Europe orientale, au Kenya, dans les pays de l’ancienne union soviétique, en Amérique du Sud, en Alaska, en Asie continentale et dans d’autres régions où on consomme de la viande crue ou peu cuite 
– Plusieurs milliers de cas sont reportés chaque année dans le monde
– En France, les chiffres récents rapportent quelques cas sporadiques chez des chasseurs de sanglier (principalement dans le Sud du pays) ou chez des voyageurs dans des zones d’endémies après consommation de pores, de phacochères, de canidés ou d’Ours.

Mode de transmission : consommation de viande crue ou peu cuite contenant les larves enkystées.

Parasitologie 
Agents pathogènes 
> Adultes
 – mâle : 1,5 mm et femelle : 4 mm
 – localisation : intestins 

> Larves et kystes 
 – jeunes kystes longues de 100-160 μm
 – forme enkystées : 1 mm de long

Cycle évolutif 
– S’effectue chez tous les carnivores et omnivores sauvages ou domestiques.
– Cycle auto-hétéroxène : le même animal porte le parasite à l’état adulte (hôte définitif), puis à l’état larvaire (hôte intermédiaire).
– Après la contamination de l’Homme, les larves enkystées sont libérées dans l’intestin et se transforment en adultes en 24-36 heures.
– Les femelles vivipares, émettent des embryons dans la paroi de l’intestin grêle, voire dans le mésentère.
– Les embryons gagnent par voie lymphatique puis sanguine le cœur gauche et la grande circulation.
– Les larves pénètrent dans les muscles striés dont elles transforment en une vingtaine de jours les fibres musculaires en cellules nourricières. 
– Les larves ainsi enkystées peuvent survivre plusieurs mois avant de se calcifier.
– Le parasite n’a aucune vie en dehors des hôtes parasités. 
– La chair putréfiée peut demeurer contaminante 2-3 mois
– Le fumage de la viande, une ébullition modérée, un rôtissage superficiel ou encore l’action de saumure (salaison de la viande) ne les tuent pas.



2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
catarrhe intestinal  Sérologie spécifique 
Biopsie musculaire 

A ) Clinique

> Contexte de petite épidémie, habitudes alimentaires ++

> Evolution en 04 phases 
– Phase de catarrhe intestinal (dès 48 heures)
 . diarrhées
 . vomissements 
 . douleurs abdominales 
– Phase de dissémination larvaire
 . allergisante
 . fièvre continue 
 . œdème généralisé sous-cutané et surtout palpébral (maladie des « grosses-têtes »)
 . myalgies 
 . diplopie 
 . atteinte cardiaque ++ (vascularite, myocardite)
 . atteinte neurologique (paralysie, troubles psychiques, coma)
– Phase d’enkystement (15 jours plus tard) 
 . diminution de la température, des myalgies et des œdèmes 
 . persistance des atteintes cardiaque et neurologique.

B ) Paraclinique

Diagnostic de certitude 
– Sérologie spécifique (ELISA et IFI) confirmée par immunoempreinte (peut se positiver tardivement)
– Biopsie du deltoïde1préconisée pour documenter le cas index d’une épidémie mais pas pour le diagnostic des autres cas car invasif (à partir de la 3e semaine de contamination) : permet de visualiser les larves

Éléments d’orientation 
– Hyperéosinophilie augmentant progressivement et pouvant dépasser 50% des leucocytes
– Augmentation des enzymes musculaires (CPK, aldolases) 

C ) Diagnostic différentiel

Pas de données relatives au diagnostic différentiel dans le référentiel.

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

Lorsque la contamination est très importante, la maladie peut être très rapidement mortelle suite à un choc allergique.

B) Complications

Complications cardiaques et neurologiques.

4) PEC 1

A ) Traitement

Plus efficace lorsqu’il est introduit de façon précoce.
– Albendazole (Zentel ®) 15 mg/kg/jour pendant 10-15 jours
– ± Corticothérapie (prévention des complications neurologiques et cardiaques)

B ) Prévention

– Surveillance des élevages de suidés 
– Contrôle vétérinaire des viandes dans les abattoirs (viandes chevalines etc.)
– Mesures domestiques 
 . cuisson des viandes à cœur (larves tuées en 3 min à 58°C et instantanément à 63°C)
 . congélation prolongée à très basse température (15 jours à – 20 °C) efficace2certaines espèces comme le Trichinella nativa s’avèrent particulièrement résistantes à ce traitement 

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : +35

Articles liés
Classification des parasites
Syndrome de larva migrans
Filariose
Syndrome de Larva migrans cutanée
Anisakidose
Toxocarose
Filariose à Loa loa
Onchocercose
Filariose lymphatique
Tungose
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
ANOFEL - Trichinellose (Réf. de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale