Cannabinoïdes de synthèse

Psy
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 76


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité 1

Déf : Tout usage de cannabinoides de synthèse est un mésusage. L’addiction au cannabinoides de synthèse répond à des critères spécifiques. (Cf. Fiche addictions). Ils appartiennent à la classe des nouveaux produits de synthèse (NPS) et sont considérés comme stupéfiant depuis 2009. Représentent la moitié des NPS vendus.

Types et présentations : spice, spice diamond. Inhalés sans tabac, ni cannabis.

Physiopathologie : idem cannabis

Epidémiologie : Apparition en 2008. Très peu de données. Population d’usage des NPS :
– Addiction cocaine / amphétamine
– Milieux homosexuels (fêtes privées)
– Milieux alternatifs musicaux
– Usagers occasionnels de drogues, socialement insérés

2) Diagnostic 1

Le diagnostic d’addiction repose sur les critères spécifiques du CIM10

Clinique PARACLINIQUE
Interrogatoire
Syndrome d’intoxication aigüe
(euphorie, troubles des perceptions sensorielles, hyperhémie conjonctivale)
Syndrome de sevrage
(irritabilité, trouble du sommeil)
Test sanguin, salivaire ou urinaire

A ) Clinique

Comme pour toute addiction, on retrouve :
– des symptômes comportementaux
– une répercussion sociale et/ou médical
– des symptômes pharmacologiques (sevrage)

  • Syndrome d’intoxication aigue

Apparition en environ 10 minutes, effet clinique d’environ 6h. Effets similaires au cannabis.

Signes neuropsychiques :
– sensation de bien-être, euphorie
– hallucination, troubles de la perception
– sentiment de ralentissement du temps

Signes physiques :
– Altération de la coordination motrice, troubles de l’équilibre
– Hyperhémie conjonctivale
– Sensation de bouche sèche
– Tachycardie (pendant 2-4h)
– Si overdose : convulsion, dépression respi, douleurs diffuses

  • Signes d’intoxication chronique

On retrouve les signes relatifs aux complications.

  • Syndrome de sevrage

Signes neuropsy :
– Tension intérieure
– Troubles du sommeil :  cauchemars

Signes physiques :
– Douleurs abdominales voire vomissements
– Tremblements
– Céphalées

B ) Paraclinique 0

Le diagnostic d’addiction est clinique.

Une consommation aigüe (+/- récente) peut être détecté par un test sanguin, salivaire ou urinaire. La détection peut se faire soit de manière qualitative (screening 0), soit de manière quantitative (mesure du taux précis). La durée de positivité dépend du type de consommation et du test, elle est présenté dans le tableau ci-dessous :

test Durée de présence
Sang ?
Urine ?
Salive ?

C ) Diagnostic différentiel 0

Autres addictions. Voir les fiches OD :
syndrome d’intoxication aigüe
syndrome de sevrage

3) Evolution 1

  • Complications non psychiatriques

Les principales complications graves sont :
– Risque de décès par overdose
Insuffisance rénale aiguë par rhabdomyolyse
– Convulsions
– Dépression respiratoire
Syndrome coronarien aigü

  • Complications psychiatriques

Les principales complications psychiatriques sont :
– agitation, anxiété chronique
– état délirant aigü, paranoia
– troubles mnésiques
– épisode dépressif caractérisé
– rêves vifs, non plaisants

4) PEC 1

A ) Bilan

Bilan de la dépendance : histoire, parcours de soins, co-dépendances

Bilan des complications psychiatriques ou non

B ) Traitement

  • Mesures générales

– PEC pluridisciplinaire : évaluation psychiatrique, médicale générale et sociale.
– PEC des comorbidités
– Entretien motivationnel, psychothérapies (TCC)

  • Traitement (symptomatique) de l’intoxication aigüe

– Angoisse majeure ou agitation : anxiolytiques (antihistaminiques type hydroxyzine en 1ère intention, éviter les BZD,).
– Symptômes psychotiques : antipsychotiques 0.

  • Traitement (symptomatique) du syndrome de sevrage

– Anxiolytiques (idem intoxication aiguë).
– Antiémétiques 0
– Antalgiques non-opioïdes 0

C ) Prévention

Elle est identique quelque soit la drogue. (Cf. fiche addiction aux opiacés)

Pour les NPS : il existe un système d’alerte de l’union européenne.

image_pdf

2 réflexions au sujet de « Cannabinoïdes de synthèse »

  1. D’après un collègue psychiatre (chef de service en milieu carcéral), le « spice » est à l’origine de nombreuses crises hétéro-agressives lors d’une intoxication aigüe, contrairement au cannabis (sédation, effet « cool »). Par quel mécanisme physiopathologique (les 2 substances agissants sur les mêmes récepteurs), mystère !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.