Néphropathie interstitielle

Néphro
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 259


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Généralités 1

Déf : Atteinte du tissu tubulo-interstitiel rénal avec infiltration de cellules inflammatoires.

  • Etiologies

Aigüe
– pyélonéphrite aigüe
sepsis sévère
– allergie médicamenteuse

Chronique
– Infection urinaire haute à répétition (secondaire à une malformation urologique, une compression tumorale, des lithiases à répétition, un reflux vésico-urétéral)
– Prise chronique de toxique (AINS, analgésique, plomb, lithium, herbes chinoises)
– Trouble métabolique chronique (hypokaliémie, toute cause chronique de lithiase)
– Causes dysimmunitaires / hémato (Sjögren, sarcoïdose, Ig monoclonale avec ou sans myélome, drépanocytose)
– Maladie héréditaire (dont polykystose rénale)

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
tableau infectieux ou allergique (en aigü) Insuffisance rénale avec leucocyturie

A ) Clinique

En aigüe : souvent tableau sévère infectieux ou allergique. Parfois moins bruyant notament les pyélonéphrite de la femme âgée

En chronique :
– importance des ATCD
 Déshydratation extra-cellulaire avec diurèse conservée / polyurie fréquente (perte rénale de sel)

L’HTA est d’apparition tardive dans les néphropathies interstitielles.

B) Paraclinique

  • Diagnostic positif

Diagnostic d’insuffisance rénale via le dosage de la créatininémie

Sédiment urinaire : comporte en aigüe comme en chronique
– une protéinurie faible (souvent < 1g/j)
– une leucocyturie (spécifique !)
– parfois une hématurie

Echo rénale (systématique) : élimine une cause obstructive, montre des reins de petite taille ± bosselés ou calcifiés

Bio (en chronique)
– perte rénale de Na+ = marqueurs de déshydratation extra-cellulaire (hémoconcentration et insuffisance rénale fonctionnelle)
– Acidose rénale tubulaire distale (type 1) ou proximale (type 3) = hypokaliémie
– Syndrome d’hyporéninisme – hypoaldostéronisme = hyperkaliémie et acidose métabolique hyperchlorémique

  • Diagnostic étio

Bio : selon la cause sous-jacente, peut orienter
– syndrome inflammatoire aigu / chronique
eosinophilie (cause allergique)
– trouble métabolique

Imagerie
– en aigu, TDM à la recherche d’abcès (cause infectieuse)
– en chronique, recherche de malformation

3) Evolution 1

Progression généralement lente de l’IRC (diminution du DFG 2-4 mL/min/an) sauf pour la néphropathie des herbes chinoises = néphropathie endémique des Balkans !Ces herbes consommées dans un but d’amaigrissement provoquent une IRC terminale en moins de 2 ans même après arrêt de la consommation, et favorisent les tumeurs urothéliales (toxine = acide aristocholique)

4) PEC 1

Mesures symptomatiques : traitement habituel de l’insuffisant rénal aigu / chronique

Traitement étiologique ++

haut de page

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !