Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Dermatite atopique

Eczéma atopique

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 20/10/19.
Dernières mises à jour
– Octobre 2019 : publication de la fiche (Vincent)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEDEF – Hypersensibilités et allergies cutanéo-muqueuses chez l’enfant et l’adulte (Réf. de Dermatologie – 2017)

1) Généralités 1A

Déf 0 : la dermatite (ou eczéma) atopique est une pathologie allergique touchant la peau et atteignant préférentiellement les enfants.

L’atopie est une entité plus vaste désignant une prédisposition génétique à produire des Ac d’isotype IgE lors d’exposition à des allergènes environnementaux, avec manifestations cutanée, digestive, respiratoire, oculaire ou ORL 1A

Physiopathologie : cf. fiche Allergie et hypersensibilité
– Facteurs génétiques (polygénique) : > 50 % de formes familiales d’atopie ; il existe de rares formes sans augmentation des IgE (dermatite atopique « intrinsèque »)
– Facteurs immunologiques : lymphocytes d’orientation Th2

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Prurit (obligatoire) et ≥ 3 critères parmi
– ATCD personnels d’asthme ou de rhinite allergique
– Début avant 2 ans
– ATCD de lésions des convexités (chez le nourrissons)
– Lésions d’eczéma des plis (chez l’enfant)

A ) Clinique

Anamnèse : ± ATCD personnels ou familiaux d’atopie

Signes cliniques
– Phase aiguë : eczéma
– Phase chronique : lésions érythémato-squameuses mal limitées ± lésions de grattage avec lichénification
– Topographie des lésions selon l’âge (cf. tableau ci-dessous)

Terrain Topographie
Nourrisson Zones convexes du visage (respect médio-facial) et des membres, plis du cou
Atteinte du cuir chevelu possible avec squames et croûtes jaunâtres
Zone sous la couche souvent épargnée
Enfant > 2 ans Atteinte des plis (coudes et genoux +++)
Adolescent et adulte Prédominance au visage et au cou

Autres signes cliniques
– Prurit quasi-constant
– Xérose (souvent absente chez le nourrisson)
– Hypopigmentation post-inflammatoire : macules dépigmentées rosées, finement squameuses (au visage : « dartres »)
– Signe de Dennie-Morgan : double pli sous-palpébral
– Fissure sous-auriculaire

Formes cliniques particulières
– Eczéma nummulaire : lésions bien limitées et arrondies
– Prurigo : papules et nodules érythémateux excoriés, prédominant aux membres
– Erythrodermie (notamment après arrêt d’une corticothérapie systémique)

Critères diagnostiques de Williams (1994) : prurit (obligatoire) et ≥ 3 critères parmi
– ATCD personnels d’asthme ou de rhinite allergique
– Début avant 2 ans
– ATCD de lésions des convexités (chez le nourrissons)
– Lésions d’eczéma des plis (chez l’enfant)
– Peau sèche généralisée

Photos : dermatite atopique
Eczéma atopique
Source : MedG ; Auteur : Linh
Eczéma atopique
Source : MedG ; Auteur : Linh
Eczéma atopique
Source : MedG ; Auteur : Linh

B ) Paraclinique

Aucun examen complémentaire n’est nécessaire au diagnostic.

Arguments biologiques
– Augmentation des IgE totales ou des éosinophiles : témoignent du terrain atopique
– Tests allergologiques : aucun intérêt en 1ère intention

Biopsie (si réalisée) : atteinte épidermique prédominante avec exocytose (afflux de LyT) et spongiose (oedème intercellulaire) réalisant des vésicules microscopiques

C ) Diagnostic différentiel

Formes pédiatriques
– Atteinte du cuir chevelu : dermite séborrhéique (« croûtes de lait »)
Gale
– Syndrome hyper-IgE = sd de Buckley (déficit immunitaire congénital)

Formes de l’adulte : gale, eczéma de contact, lymphome cutané T, psoriasis


3) Evolution 1A

A) Histoire naturelle

Début généralement avant l’âge de 1 an, évolution par poussées avec aggravation classique l’hiver. Il existe des formes à évolution continue (sévère).

L’amélioration voire guérison est fréquente dans l’enfance. 3-5 % des formes pédiatriques évoluent en forme de l’adulte, notamment les formes sévères d’emblée.

B) Complications

Infections cutanées bactériennes (S. Aureus ++)
– Croûtes jaunâtres ou purulentes, souvent malodorantes
– Différentiel : colonisation chronique (quasi-constante), suintement des lésions aiguës

Infections virales
– HSV : sd de Kaposi-Juliusberg, vésicule et pustules ombiliquées groupées en placards croûteux ± évolution nécrotique, fièvre et AEG
– Pox virus (molluscum contagiosum)

Dermatite (ou eczéma) de contact par sensibilisation à un produit topique

Autres
– Retard de croissance (formes sévères). Doit faire rechercher une allergie alimentaire.
– Ophtalmo : kératocône, complications rares de la corticothérapie
– Retentissement sur la qualité de vie ++

 

4) PEC 1A

A ) Bilan initial

Bilan allergologique si suspicion d’allergie associée (cf. Allergie et hypersensibilité)
– Allergie alimentaire : prick-tests, IgE spécifiques, provocation orale, atopy patch-tests
– Allergie respiratoire : prick-tests, IgE spécifiques
– Eczéma de contact : patch tests

B ) Traitement

> Mesures générales

RHD, mode de vie
– Education thérapeutique ++
– Bain ou douche quotidien < 10 min, température tiède, produits sans savon ni parfum
– Eviter les facteurs aggravants : textiles irritants, tabac
– Eviter de vacciner lors d’une poussée

Traitements non-médicamenteux
– Soutien psy
– Cures thermales
– Homéopathie, phytothérapie et acupuncture ne sont pas recommandés (absence de preuve)

> Traitements de 1ère ligne

Dermocorticoïdes = base du traitement
– 1 application par jour jusqu’à disparition de l’inflammation, arrêt brutal
– Pas de traitement d’entretien systématique, utile si rechutes fréquentes (2 applications / semaine)
– Posologie : niveau moyen (visage, plis, < 2 ans), fort (corps, > 2 ans), très fort (cure courte sur lésions lichénifiées)
– Galénique : crème sur les lésions suintantes et les plis, pommades sur les lésions sèches et lichénifiées

Emollients systématiques
– Application sur tout le corps, visage si besoin (parfois mal toléré sur les plaques inflammatoires en phase aiguë)
– Produit adapté à la peau atopique

Immunomodulateurs topiques (tacrolimus pommade)
– AMM pour les poussées de dermatite atopique modérée à sévère de l’enfant et de l’adulte en cas de résistance ou de CI aux dermocorticoïdes
– Prescription sur ordonnance d’exception par un spécialiste (dermatologue ou pédiatre). Les lésions du visage et du cou sont les indications privilégiées.
– Traitement d’attaque en 2 applications / jour, traitement d’entretien (hors AMM) en 2 applications / semaine
– Effet indésirable : brûlures transitoires fréquentes chez l’adulte

Note : causes à évoquer en cas d’échec
– Mauvaise application du traitement (explications, observance)
– Diagnostic erroné
– Formes compliquées
– Corticophobie, fausses croyances

> Autres traitements médicamenteux

Antiseptiques et ATB locaux ou systémiques : ssi infection

Anti-H1 oraux : hors AMM, pas d’efficacité sur le prurit

Traitements systémiques (photothérapie, immunosuppresseurs)
– Ttt d’exception dans les formes sévères, plutôt de l’adulte
– La corticothérapie générale n’est pas recommandée (risque de rebond à l’arrêt)

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

2 réponses à “Dermatite atopique”

  1. 2 remarques :
    – Les critères de Williams date de 1994… sont-ils toujours d‘actualité ?!
    – Dans le bilan initial : „si allergie associée“. La dermatite atopique est déjà la manifestation d’une allergie en soit.

  2. Pas de recherche allergologique nécessaire (source = Dermato-clic, se basant sur la Société Française de Dermatologie notamment)
    On peut scinder la prise en charge en :
    > si lésions du visage ou lésions non inflammatoires : dermoCTC activité modérée
    > si lésions très inflammatoires ou lichénifiées : dermoCTC activité forte
    DermocorticoIdes en 1 application par jour jusqu’à disparition des lésion (en effet pas de décroissance recommandée)
    Réévaluation du traitement à J7
    Emollients à poursuivre tout le temps
    Les critères de Williams ou de la United Kingdom datant de 1994 sont les dernies critères objectifs, en regardant les différentes études traitant du sujet, les critères sont changeants et parfois non définis en détails (source : Science Direct)

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.





Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Dermatologie, Immunologie, Pédiatrie
Item(s) R2C (ECNi) : 187 (183)

Articles liés
Dermatite – eczéma (photo)
Dyshidrose palmo-plantaire
Eczéma de contact
Urticaire chronique spontanée
Urticaire chronique induite
Urticaire chronique
Urticaire aiguë

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CNPU 8e édition (Réf. de Pédiatrie - 2021) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2014] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
ASSIM 2e édition (Réf. d’Immunopathologie - 2018) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
Dermatite atopique (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2018)
Dermatite atopique chez l’enfant (Fiche de synthèse - Dermatoclic, 2018)
CEDEF - Hypersensibilités et allergies cutanéo-muqueuses chez l’enfant et l’adulte (Réf. de Dermatologie - 2017)

Recommandations
Eczéma atopique (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2022) [Payant] Résumé : Limiter l'irritation cutanée, émollient plusieurs fois par jour, dermocorticoïde lors des poussées

Publications scientifiques
van Zuuren et al. "Émollients et crèmes hydratantes pour l’eczéma" (Cochrane, 2017) Conclusions des auteurs: La plupart des crèmes hydratantes ont montré certains effets bénéfiques, produisant de meilleurs résultats lorsqu'elles étaient utilisées avec un traitement actif, prolongeant le délai jusqu'à une poussée et réduisant le nombre de poussées et la quantité de corticostéroïdes topiques nécessaire pour atteindre une réduction comparable de la gravité de l'eczéma. Nous n'avons pas trouvé de preuve fiable indiquant qu'une crème hydratante est plus efficace qu'une autre.


Outils de consultation

Soins de l’eczéma atopique de l’enfant (Fiche Info Patient - Prescrire, 2022) [Payant] Résumé : L'eczéma atopique s'améliore souvent vers l'adolescence. Il vaut mieux soulager à l'aide de mesures simples et réserver les applications de cortisone aux poussées.
L’eczema (Fiche Info Patient - DermatoClic, 2018 ?)


Documents grand public

Dermato-Info (Site Web) Site d'information grand public de la société française de dermatologie
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale