Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu

Eczéma de contact

Dermatite de contact

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 07/09/20.


Dernières mises à jour
- Mai 2020 : relecture de la fiche - modification mineure (Camille)
- Octobre 2019
 : publication (Vincent)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEDEF 7e édition 2017 - item 183 (référentiel de dermatologie)

1) Généralités 1A

Déf : dermatose inflammatoire due à l’activation des lymphocytes T, déclenchée par le contact de la peau avec des substances exogènes.

Physiopathologie : cf. fiche Allergie et hypersensibilité
- Facteurs environnementaux : sensibilisation = pénétration de l’antigène avec haptène favorisée par les altérations de la barrière cutanée (eau, occlusion sous des gants, solvants...)
- Facteurs immunologiques : lymphocytes d’orientation Th1

Etiologies : cf. Substances allergènes

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Eczéma aigu : érythème, vésicule puis désquamation à 24-48h post-exposition à un allergène
Eczéma chronique : lichenification, kératose /fissures des paumes et plantes
-

A ) Clinique

Anamnèse : sensibilisation préalable (phase asymptomatique durant quelques jours à plusieurs années) puis nouvelle exposition au même allergène

Eczéma aigu = forme typique survenant à 24-48h de l’exposition
- Phase érythémateuse : placard érythémateux à contours émiettés, oedème
- Phase vésiculeuse : vésicules ± bulles à contenu clair
- Phase suintante : rupture des vésicules, spontanément ou après grattage
- Phase croûteuse ou désquamative : suivie d’une guérison sans cicatrice

Formes topographiques
- Visage (paupières), extrémités, OGE : aspect oedémateux
- Paumes et plantes : vésicules dures, enchâssées par dysidrose
- Zones photo-exposées : photosensibilisation

Certaines localisations orientent également sur l’étiologie (allergène)
- Lobule des oreilles, poignet, et ombilic : sensibilisation au nickel
- Visage, paupières, cou : cosmétiques, vernis, produits volatils (parfums...)
- Pieds : allergie à un constituant des chaussures (chrome du cuir sur le dos du pied, agents de vulcanisation du caoutchouc sur la plante)
- Zones de contact du tronc, plis : colorants textiles
- ...

Formes chroniques
- Eczéma lichénifié (par grattage) : épaississement de la peau, aspect quadrillé et pigmenté
- Eczéma chronique des paumes et plantes : hyperkératose, fissures (kératodermie palmo-plantaire)

B ) Paraclinique

Biopsie (ssi doute diagnostique)
- Spongiose : oedème inter-kératinocytaire, vésicules intra-épidermiques
- Exocytose épidermique : infiltrat de cellules mononucléées
- Oedème dermique et infiltrat lymphocytaire à prédominance périvasculaire

C ) Diagnostic différentiel

Dermatite irritative : agressions physiques ou chimiques directes (mains ++) n’impliquant pas de mécanisme immunologique. Une dermatite d’irritation peut être à l’origine d’un eczéma de contact en altérant la fonction de barrière de la peau !

  Eczéma de contact Dermatite d’irritation
Epidémio Quelques sujets en contact La majorité des sujets en contact
Délai Sensibilisation puis 24-48h de la nouvelle exposition Minutes, heures
Lésion Bords émiettés Bords nets
Topographie Déborde de la zone de contact, lésions à distance possibles Limitée à la zone de contact (dos des mains ++)
Signe associé Prurit Brûlure
Test épicutané + - ou lésion d’irritation

Dermatite (ou eczéma) atopique
- Chez l’adulte : distinction eczéma de contact généralisé / dermatite atopique difficile
- Chez l’enfant et l’adulte : association eczéma + dermatite atopique possible, évoquée en cas de résistance au ttt local ou devant une topographie inhabituelle de dermatite atopique

Dysidrose (= eczéma dysidrosique) : dans un contexte de dermatite atopique ou sans cause identifiée

Différentiel d’un oedème du visage
- Erysipèle : placard inflammatoire bien limité, fièvre, frissons, hyperPNN
- Oedème de Quincke : oedème blanc, ferme, sans prurit ni fièvre, disparaissant en < 72h
- Zona : éruption érythémateuse puis vésicules ombiliquées, douleurs, topographie unilatérale et segmentaire

 

3) Evolution 1A

A) Histoire naturelle

La guérison sans cicatrice est obtenue en 7-15 jours après éviction de l’allergène. Si le contact avec l’allergène persiste, les lésions deviennent chroniques.

 

B) Complications

Surinfection (impétigo)

Erythrodermie : érythème diffus avec signes généraux

Retentissement socio-professionnel (notamment atteinte des mains)

 

4) PEC 1A

A ) Bilan initial

Bilan étiologique (allergologique)
- Interrogatoire : topographie initiale, circonstances et chronologie, produits locaux utilisés
- Clinique : formes topographiques
- Tests épicutanés : patch-test (voir aussi Tests allergologiques). Le CEDEF présente la batterie standard européenne des 29 substances les plus fréquemment en cause.

B ) Traitement

Mesures générales
- Eviction de l’allergène (indispensable, pas de désensibilisation dans l’eczéma de contact!) avec information orale et écrite
- Mesures de protection, adaptation / changement de poste, déclaration en maladie professionnelle s’il y a lieu

Traitement symptomatique
- Dermocorticoïdes d’activité forte à très forte : 1 application / jour 1-2 semaines Note 1Si allergie de contact à un dermocorticoïde, CI de la classe chimique concernée à la fois pour les corticoïdes locaux et systémiques (risque de toxidermie parfois sévère)- Anti-H1 de 1ère génération quelques jours en cas de prurit important (antiH1 non-sédatifs inutiles!)
- Si impétignisation : ATB par voie générale (pristinamycine, augmentin) sans retarder le traitement corticoïde local

0 commentaires

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N’hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci ! 

Espace utilisateur

     

Fiches perso (se connecter)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 




 

 

Ailleurs sur MedG
Liens internes

 Pages liées
Matière(s) : Dermatologie, Immunologie
Item(s) ECNi : item 183

Articles liés
Dyshidrose palmo-plantaire
Dermatite atopique
Urticaire chronique spontanée
Urticaire chronique induite
Urticaire chronique
Urticaire aiguë

Bibliothèque
Liens externes associés


Recommandations et référentiels

• Crépy. "Dermatites de contact aux acrylates et méthacrylates" Références en santé au travail (Article original, 2018)
• ASSIM 2e édition (Référentiel des enseignants d’Immunopathologie - 2018) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
• Crépy. "Dermatites de contact professionnelles dans le secteur agricole" Références en santé au travail (Article original, 2017)
• Crépy. "Dermatite de contact aux protéines" Références en santé au travail (Article original, 2017)
CEDEF - Hypersensibilités et allergies cutanéo-muqueuses chez l’enfant et l’adulte (Référentiel des enseignants de Dermatologie - 2017)
• van Zuuren et al.. "Émollients et crèmes hydratantes pour l’eczéma" Cochrane (Article original, 2017) Conclusions des auteurs: La plupart des crèmes hydratantes ont montré certains effets bénéfiques, produisant de meilleurs résultats lorsqu'elles étaient utilisées avec un traitement actif, prolongeant le délai jusqu'à une poussée et réduisant le nombre de poussées et la quantité de corticostéroïdes topiques nécessaire pour atteindre une réduction comparable de la gravité de l'eczéma. Nous n'avons pas trouvé de preuve fiable indiquant qu'une crème hydratante est plus efficace qu'une autre.
Eczéma de contact (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2012)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Dermato-Info (Site Web) Site d'information grand public de la société française de dermatologie
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Formulaire de contact destiné à la gestion des liens externes. Pour tout autre sujet, merci d‘utiliser ce formulaire

Problème*
Il n‘existe pas de lien „reco“ pour cette ficheJe connais un document non référencéUn lien comporte une erreur ou est cassé

Je propose un nouveau lien (Entrez un URL)

Vos coordonnées
Pour vous demander des précisions ou vous remercier ! Votre adresse de messagerie ne sera pas enregistrée


Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu