Eczéma de contact

Dermatite de contact
Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 20 octobre 2019.

Dermato Immuno
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 183


Dernières mises à jour
– Octobre 2019 : publication (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEDEF 7e édition 2017 – item 183 (référentiel de dermatologie)

1) Généralités 1A

Déf : dermatose inflammatoire due à l’activation des lymphocytes T, déclenchée par le contact de la peau avec des substances exogènes.

Physiopathologie : cf. fiche Allergie et hypersensibilité
– Facteurs environnementaux : sensibilisation = pénétration de l’antigène avec haptène favorisée par les altérations de la barrière cutanée (eau, occlusion sous des gants, solvants…)
– Facteurs immunologiques : lymphocytes d’orientation Th1

Etiologies : cf. Substances allergènes

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Eczéma aigu : érythème, vésicule puis désquamation à 24-48h post-exposition à un allergène
Eczéma chronique : lichenification, kératose /fissures des paumes et plantes

A ) Clinique

Anamnèse : sensibilisation préalable (phase asymptomatique durant quelques jours à plusieurs années) puis nouvelle exposition au même allergène

Eczéma aigu = forme typique survenant à 24-48h de l’exposition
– Phase érythémateuse : placard érythémateux à contours émiettés, oedème
– Phase vésiculeuse : vésicules ± bulles à contenu clair
– Phase suintante : rupture des vésicules, spontanément ou après grattage
– Phase croûteuse ou désquamative : suivie d’une guérison sans cicatrice

Formes topographiques
– Visage (paupières), extrémités, OGE : aspect oedémateux
– Paumes et plantes : vésicules dures, enchâssées par dysidrose
– Zones photo-exposées : photosensibilisation

Certaines localisations orientent également sur l’étiologie (allergène)
– Lobule des oreilles, poignet, et ombilic : sensibilisation au nickel
– Visage, paupières, cou : cosmétiques, vernis, produits volatils (parfums…)
– Pieds : allergie à un constituant des chaussures (chrome du cuir sur le dos du pied, agents de vulcanisation du caoutchouc sur la plante)
– Zones de contact du tronc, plis : colorants textiles
– …

Formes chroniques
– Eczéma lichénifié (par grattage) : épaississement de la peau, aspect quadrillé et pigmenté
– Eczéma chronique des paumes et plantes : hyperkératose, fissures (kératodermie palmo-plantaire)

B ) Paraclinique

Biopsie (ssi doute diagnostique)
– Spongiose : oedème inter-kératinocytaire, vésicules intra-épidermiques
– Exocytose épidermique : infiltrat de cellules mononucléées
– Oedème dermique et infiltrat lymphocytaire à prédominance périvasculaire

C ) Diagnostic différentiel

Dermatite irritative : agressions physiques ou chimiques directes (mains ++) n’impliquant pas de mécanisme immunologique. Une dermatite d’irritation peut être à l’origine d’un eczéma de contact en altérant la fonction de barrière de la peau !

  Eczéma de contact Dermatite d’irritation
Epidémio Quelques sujets en contact La majorité des sujets en contact
Délai Sensibilisation puis 24-48h de la nouvelle exposition Minutes, heures
Lésion Bords émiettés Bords nets
Topographie Déborde de la zone de contact, lésions à distance possibles Limitée à la zone de contact (dos des mains ++)
Signe associé Prurit Brûlure
Test épicutané + – ou lésion d’irritation

Dermatite (ou eczéma) atopique
– Chez l’adulte : distinction eczéma de contact généralisé / dermatite atopique difficile
– Chez l’enfant et l’adulte : association eczéma + dermatite atopique possible, évoquée en cas de résistance au ttt local ou devant une topographie inhabituelle de dermatite atopique

Dysidrose (= eczéma dysidrosique) : dans un contexte de dermatite atopique ou sans cause identifiée

Différentiel d’un oedème du visage
Erysipèle : placard inflammatoire bien limité, fièvre, frissons, hyperPNN
– Oedème de Quincke : oedème blanc, ferme, sans prurit ni fièvre, disparaissant en < 72h
– Zona : éruption érythémateuse puis vésicules ombiliquées, douleurs, topographie unilatérale et segmentaire


3) Evolution 1A

A) Histoire naturelle

La guérison sans cicatrice est obtenue en 7-15 jours après éviction de l’allergène. Si le contact avec l’allergène persiste, les lésions deviennent chroniques.
 

B) Complications

Surinfection (impétigo)

Erythrodermie : érythème diffus avec signes généraux

Retentissement socio-professionnel (notamment atteinte des mains)

 

4) PEC 1A

A ) Bilan initial

Bilan étiologique (allergologique)
– Interrogatoire : topographie initiale, circonstances et chronologie, produits locaux utilisés
– Clinique : formes topographiques
– Tests épicutanés : patch-test (voir aussi Tests allergologiques). Le CEDEF présente la batterie standard européenne des 29 substances les plus fréquemment en cause.

B ) Traitement

Mesures générales
– Eviction de l’allergène (indispensable, pas de désensibilisation dans l’eczéma de contact!) avec information orale et écrite
– Mesures de protection, adaptation / changement de poste, déclaration en maladie professionnelle s’il y a lieu

Traitement symptomatique
– Dermocorticoïdes d’activité forte à très forte : 1 application / jour 1-2 semaines
– Anti-H1 de 1ère génération quelques jours en cas de prurit important (antiH1 non-sédatifs inutiles!)
– Si impétignisation : ATB par voie générale (pristinamycine, augmentin) sans retarder le traitement corticoïde local




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.