Erysipèle

Dermato Infectieux
Fiche réalisée selon le plan MGS


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Généralité 

Définition : dermo-hypodermite bactérienne aigue d’origine strepococcique, sans nécrose 2,3
– Principal agent (85%) : Streptocoque B-hémolytique du groupe A 1,2,3
– Autres : streptocoque du groupe G > streptocoque du groupe B et C 2
Le mécanisme est principalement toxinique (faible charge bacillaire)1,3

Epidémio 1,3 : absence de caractère épidémique ni saisonnier
– Adulte > 40 ans
– Topographie : membre inférieur et face

Facteurs de risque 1,2,3 :
– Porte d’entrée cutanée : dermatomycose (intertrigo interorteils, ongle), piqûre d’insecte, ulcère veineux, plaie cutanée traumatique, dermatose érosive (eczéma, varicelle) / pour le visage : oreille (eczéma du CAE, ou fissure rétroauriculaire)
– Œdème (insuffisance veineuse, stase lymphatique, insuffisance cardiaque)
– Immunosuppression 1
– Irradiation antérieure 1
– Diabète (mais non prouvée) 1

 2) Diagnostic 1,2,3 

CliniqueParaclinique
« Grosse jambe rouge aigue fébrile unilatérale »Aucun si typique sans critères de gravité

A ) Clinique

Anamnèse :
– Début brutal
– « Grosse jambe rouge aigue fébrile unilatérale » douloureuse 1

Clinique (forme typique) :
– Fièvre 39-40°, frissons
– Placard cutané inflammatoire (= rouge, chaud, douloureux, oedémateux), bien limité au niveau du membre inférieur
– ADP douloureuse
+/- décollement bulleux superficiel, purpura
+/- trainée de lymphangite face interne de la cuisse

Remarque : sur le visage, présence d’un bourrelet périphérique oedémateux

B ) Paraclinique

En l’absence de signe de gravité, aucun examen complémentaire n’est indispensable.
En cas de fièvre élevée avec co-morbidités : hémocultures (souvent négatives car faible charge bacillaire) 2

C ) Différentiel

Membre inférieur
– Phlébite ++
– Fasciite nécrosante !
– Dermohypodermite bactérienne non nécrosante liée à d’autres germes. Causes :
. Morsure animale (Pasteurella, S Aureus, Streptocoque, Capnocytophaga canimorsus et anaérobie) / Rouget du porc.
. Toxicomanie (S Aureus, Streptocoque pyogenes, et anaérobie)
. Pied diabétique (S Aureus, Streptocoque groupe A, Pseudomonas Aeruginosa, et anaérobie)
. Actes chirurgicaux
– Dermohypodermite de stase (apyrétique, bilatérale, mal limitée)
– Cellulite de wells

Visage
– Dermohypodermite bactérienne non nécrosante liée à S Aureus (+/- secondaire à la manipulation de furoncle)
– Eczéma aigu

3) Evolution 

  • Histoire naturelle sous traitement

– Apyrexie en 48-72h 2,3
– Signes locaux plus longs à s’estomper, amélioration après 3-5 jours et guérison après 15 jours suivie d’une phase de desquamation fine superficielle 3

  • Complications 2

Aigüe
. Abcès (rares)
. Thrombophlébite
. Fasciite nécrosante 1

Retardée
. Œdème lymphatique de jambe résiduel
. Récidive : 30% à 3 an

4) PEC 

A ) Bilan

Bilan initial de gravité : Eliminer un diagnostic différentiel / une complication grave

> Signe de fasciite nécrosante 1,3
. signes locaux : caractère hyperalgique ou au contraire hypoesthésie, nécrose, crépitations, placard rapidemment extensif 1,2,3
. signes de choc 1,2,3
. CPK souvent élevées, lactates augmentés  
=> Bilan ??

> Signe de phlébite
=> Doppler veineux au moindre doute  2

Bilan « étiologique » 1,2,3 :
– Rechercher une porte d’entrée cutanée

B ) Traitement

A domicile sauf en cas de facteurs imposant une hospitalisation 2 :
. Terrain : age élevé, comorbiditées (diabète, alcoolisme, obésité)
. AEG, fièvre > 39°
. Absence d’amélioration après 72h d’antibiothérapie
. Doute diagnostic

  • PEC initiale

Antibiothérapie anti-streptocccique 2,3 pendant 15 jours 2
– B-lactamines : amoxicilline, pénicilline V ou pénicilline G
> Pénicilline G : 10 à 20 MU/jour en 4 à 6 perfusions (attention à l’apport de sel si insuffisance cardiaque)
> Penicilline V : 4 à 6 MU/jour
> Amoxicilline : 3-4,5 g/jour en 3 prises
– Synergistines : pristinamycine 3g/jour en 3 prises
– Clindamycine : 300 à 600 x3/jour

=> Antibiothérapie en pratique 1
– Si domicile : amox po 15j, avec surveillance quotidienne
– Si hospitalisation : peni G IV au moins jusqu’à l’apyrexie, puis relai PO (peni V ou Amox). Durée totale 10-20j
– Si allergie / 2e intention : Synergistines ou clindamycine

Mesures associées :
– Traitement de la porte d’entrée ++ : antisepsie, antifungique,…
– Anticoagulation préventive si facteur de risque thrombo-embolique associé 2,3
– Surélévation du membre +/- contention veineuse si bien tolérée
– Vérifier statut antitétanique +/- rappel
– Antalgiques

Remarque : Contre indications AINS et corticoïdes 2

  • PEC au décours

Revoir le patient à 48h si traitement ambulatoire 2
BU à J21 à la recherche d’une protéinurie 1

Prévention secondaire :
– Traitement d’une porte d’entrée chronique (intertrigo interorteil) 2,3
– Contention veineuse en cas de lymphoedème ou insuffisance veineuse 2,3
– Drainage lymphatique (kinésithérapie 2-3x/sem) en cas de lymphoedème 3
– Antibiothérapie au long cours à discuter 2 :
> Pénicilline V : 2 à 4 g/jour en 2 prises
> Pénicilline G : 2,4 MU en IM toutes les 2 à 3 semaines 1,2
> Pristinamycine

haut de page

Fiche réalisée par C. Surinach, CCA en dermatologie à Nîmes, et relue par :
– T. Higel, interne de médecine générale (29 déc. 2014)
Participez vous aussi à l’élaboration de MedG ! (en savoir plus)

image_pdf

2 réflexions au sujet de « Erysipèle »

    • En pratique devant une clinique évocatrice :
      – imagerie du membre pour poser le diagnostic : l’IRM ++++ est le gold standard
      – les autres examens apportent des arguments en faveur mais ne posent pas le diagnostic: CPK élevées, acidose métabolique, insuff rénale…
      Un avis chirurgical doit être demandé en urgence en vue d’un éventuel parage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.