Hypertension artérielle (HTA) essentielle

Vascu – Cardio
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 221


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Généralités 1 

> Déf : Pression artérielle supérieure aux seuils retenus, sans cause sous-jacente retrouvée. Les seuils dépendent du type de mesure et du patient :

SituationSeuil limite
En cabinet140/90
Auto-mesure135/85
MAPA éveil
MAPA sommeil
MAPA /24h
135/85
120/70
130/80
Diabétique / IRenale130/80
Enfantselon age (moins élevé !)

> Classification (valable selon mesure en cabinet). La catégorie la plus élevé entre PA systolique/diastolique est prise en compte.

CatégoriePA systoliquePA diastolique
Optimal<120<80
Normale120-13080-85
Normale haute130-14085-90
HTA grade 1140-16090-100
HTA grade 2160-180100-110
HTA grade 3>180>110

> Epidémio
– Environ 10 millions de personne en France
– 50% des plus de 80 ans
– plus fréquent et plus grave chez la femme et le sujet noir
– L’HTA essentielle regroupe 90% des HTA

2) Diagnostic 1

Mesure de la TA Eliminer HTA secondaire
clinique clinique ± paraclinique

A ) de l’HTA

Mesure de la PA humérale.

Les conditions optimales de réalisation pour porter le diagnostic sont :
– utilisation d’un brassard adapté à la morphologie du patient
– au repos depuis 5 minutes, assis
– mesures aux 2 bras

6 mesures lors de 3 consultations puis une confirmation par automesures ou MAPA sont nécessaires pour poser le diagnostic, sauf HTA grade 3 d’emblée.

B) de l’HTA essentielle

Il s’agit d’un diagnostic d’élimination (cf OD devant une HTA). Il est posé après :

> Un bilan minimum clinique et biologique

> Une recherche approfondie réalisée en cas d’HTA suspecte d’être secondaire

Critères d’HTA « suspecte »
– signes cliniques et biologique (du bilan minimum)
– HTA grade 3
– HTA résistante (à une trithérapie)
– HTA chez le sujet jeune

3) Evolution 0

En aigu : risque lié à une urgences hypertensives

En chronique : l’HTA est un des principaux FdR CV. Les complications athéromateuses sont les plus fréquentes.

4) PEC 1

A) Bilan

En cas de crise aigüe hypertensive, réalisation d’un bilan pour évaluer le retentissement

  • Evaluation du risque cardio-vasculaire global

– Bilan des FdR CV : toute découverte d’un FdR CV doit faire rechercher les autres FdR CV.
– Bilan athéromateux au minimum clinique

=>  Il est recommandé, à ce stade, d’organiser une consultation d’information et d’annonce en vue de sensibiliser le patient sur les risques encourus, et de fixer des objectifs de prise en charge.

  • Synthèse : bilan paraclinique (en dehors d’une urgence hypertensive)
Systématique (bilan minimal OMS) Selon clinique
« clinique »
– ECG
BU
« clinique »
-IPS
Bio
– Kaliémie
– Créatininémie / DFG
– Glycémie à jeun
– Bilan lipidique
Bio
– micro-albuminurie
– protéinurie (si BU +)
Imagerie
– ETT
– Echo-doppler des TSA
– FO si HTA sévère
– autres selon signes clinique (TDM cérébral…)

B) Traitement

L’objectif est de diminuer le RCV global en
– supprimant l’HTA (selon seuil)
– PEC global des autres FdR CV

  • Mesure hygiéno-diététique

Indications
– Systématique. A vie.

Types
– diminution du sel, de l’alcool et des excitants
– Correction d’un surpoids/sédentarité

  • Médicaments

Indications 
– Objectif non atteint après 3-6 mois de mesure hygiéno-diététique

– HTA grade 3
– Signes d’atteinte clinique ou paraclinique
– IRnC stade ≥3
– diabète

Types 

Principales classes Classes secondaires
– Diurétique thiazidique
– Béta-bloquant
– IEC
– ARAII
– Anti-calcique
– Anti-hypertenseur centraux
– Alpha-bloquant

Remarque : l’association IEC/ARA2 est déconseillée (inutile et nocive !).

  • Surveillance
Bilan Fréquence
PA non équilibrée /mois
Consultation /3-6mois
BU, créatininémie, glycémie, bilan lipidique, K+ /an
ECG /3ans

haut de page

4 réflexions au sujet de « Hypertension artérielle (HTA) essentielle »

  1. Nouvelle revue cochrane : Le traitement de l’hypertension chez les adultes âgés de 18 à 59 ans

    Conclusion :

    « Pour les adultes âgés de 18 à 59 ans présentant une élévation de la pression artérielle, les médicaments antihypertenseurs ont un petit effet bénéfique réduisant le risque d’AVC. En revanche, la mortalité toutes causes et la mortalité par crise cardiaque n’étaient pas réduites et les arrêts prématurés en raison d’effets secondaires étaient plus nombreux.
    Dans l’ensemble, la qualité des preuves était considérée comme faible ou très faible.
     »

    Si même pour l’HTA les preuves sont aussi faible, ca donne pas envie de traiter ses patients…

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !