Hyperkaliémie

Méd. InterneNéphro
Fiche réalisée selon le plan OD
Item 265-266


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Clinico/bio
Atteinte cardiaque
FdR d’atteinte cardiaque

Déf : Kaliémie > 5 mmol/L

1) Etiologies 1

On peut classer les causes selon la cause physiologique 

  • Surcharge exogène 

Souvent associée à d’autres causes. Kaliurèse élevé

Etio Clinique Paraclinique
apport iatrogène interrogatoire
alimentation (jamais seul) interrogatoire
  • Transfert vers le compartiment extra-cellulaire excessif

Kaliurèse élevée

Etio Clinique Paraclinique
Acidose métabolique
  pH < 7,38
Carence en insuline 0 céto-acidose du diabétique glycémie
Syndrome de lyse (selon cause sous-jacente) acidose métabolique
± IRen aigüe
Toxique* interrogatoire
Exercice musculaire intense interrogatoire

* Les principaux toxiques responsables d’un transfert de potassium sont :
– béta-bloquant non sélectif (effet limité)
– intoxication digitalique
– agoniste alpha-adrénergique
– succinylcholine, monohydrochloride d’arginine
– intoxication au fluorure et cyanure

  • Défaut d’élimination rénale

Kaliurèse très faible

Etio Clinique Paraclinique
IRén aigüe   créatininémie élevée
IRén chronique stade sévère DFG < 30
Hypoaldostéronisme (selon cause) acidose métabolique hyperchlorémique
diurétique épargneur de K+ interrogatoire
  • Fausses hyperkaliémies

Il existe 3 cas de fausses hyperkaliémie
– garrot serré trop longtemps (hémolyse)
– centrifugation tardive du tube
– hyperleucocytose majeure (>100 000/mm3) ou thrombocytémie majeure (> 1 000 000/mm3)

2) Orientation diagnostique 

Remarques : Signes clinico-bio d’hyperkaliémie 1
Clinique
– trouble cardiaque
– atteinte neuro-musculaire (paresthésie péribuccale/digitale, faiblesse musculaire jusqu’à paralysie débutant aux membres inférieurs)
– nausée/vomissement, ileus réflexe 0

ECG => ralentissement ++
– onde T ample et pointue, symétrique
– extinction sinusale (Bloc sino-auriculaire et atrioventriculaire)
– élargissement du complexe QRS
– tachycardie / fibrillation ventriculaire jusqu’à arrêt cardiaque

A) Clinique 1

> Eliminer une fausse hyperkaliémie en cas de doute
> Evaluation des apports potassiques et des prises médicamenteuse
> Autres signes selon étiologie

Remarque : la première cause d’hyperkaliémie est lié à la prise d’IEC/ARAII chez un patient ayant une hypovolémie (cf insuffisance rénale aigüe fonctionnelle)

B) Paraclinique 0

Bilan paraclinique selon suspicion ++

> Bilan initial en l’absence d’orientation 

Bilan étio devant une dyskaliémie
– iono sanguin et urinaire
– gaz du sang
– bilan rénal

C) Synthèse 0

219.9 Hyperkaliémie

3) PEC symptomatique 1

> Rechercher des signes de gravité (risque cardiaque)

Signes de gravité d’une hyperkaliémie 0
– Kaliémie > 7 mmol/L
– cause aigüe / évolution rapide
– cardiopathie sous-jacente
– anomalie ECG (troubles de conduction +++)
– symptome cardiaque

 > limiter le risque cardiaque 
– gluconate de Ca2+ 10% ssi signes de gravité (CI si digitalique)

> Transfert du K+ en intra-cellulaire
– insuline
– agent alpha-adrénergique (CI relative chez les sujets coronariens)
– alcalinisation par bicarbonate de Na+ IV (CI si hyperhydratation extra-cellulaire)

> Elimination de la surcharge de K+
– supprimer les causes supplémentaires d’hyperkaliémie (changement d’un traitement diurétique, limiter les apport externe…)
– résine échangeuse d’ion (Kayexalate)
– Diurétique de l’anse
– hémodialyse

=> CAT en pratique

Si signe de gravité 
– Gluconate de Ca2+ 10ml en courte infusion (2min) ± nouvelle injection à 5min
– G10% + 10-15 UI d’insuline IV
– ± Salbutamol inhalation
– en cas d’acidose métabolique associée : Bicarbonate de Na+ (50mmol d’HCO3), en différé par rapport à l’injection de sel de Calcium !
– en cas d’oedeme du poumon : furosemide à forte dose + lavement de Kayexalate.
– dans les situations très sévères et/ou avec oligo-anurie : dialyse

Si absence de signe de gravité
– diminution des apports potassiques
– résine échangeuse d’ion
– eau de Vichy ou 2-4g de sel de bicarbonate si acidose chronique

Cas particuliers :
– dans l’intoxication par digitalique : antidote en urgence (anticorps spécifique)
– dans l’hypoaldostéronisme par insuffisance surrénalienne : 9α-fluorohydrocortisone

haut de page

Participez vous aussi à l’élaboration de MedG ! (en savoir plus)

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !