Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Agitation et délire aigu

Bouffée délirante aigüe, Psychose aigüe, Trouble psychotique aigü

Fiche OD
Une Fiche MedG Orientation Diagnostique
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 25/01/20.
Dernières mises à jour
-Relecture avec la 3ème édition du réf. de psy, modifications mineures (Vicencia)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CNUP 2e édition 2016 – item 346 (référentiel de psychiatrie)

!! URGENCES !!

Urgence

Déf : l’agitation et le délire aigu constituent 2 syndromes indépendants, mais souvent associés car partageant de nombreuses étiologies. La démarche étiologique et la PEC se recoupent très largement.

Agitation : « activité motrice excessive associée à un état de tension intérieure. L’activité est en général improductive et stéréotypée. Elle se traduit par des comportements tels que la marche de long en large, l’impossibilité de tenir en place, des frottements des mains, le fait de tirailler ses vêtements, l’incapacité de rester assis ».

NB : l’agitation est à distinguer de l’hyperactivité (motricité orientée vers un but), et de l’akathisie (nécessité impérieuse de se déplacer, mouvements incessants des jambes…)

Idée délirante aiguë : « croyance erronée fondée sur une déduction incorrecte concernant la réalité extérieure, fermement soutenue en dépit de l’opinion très généralement partagée et de tout ce qui constitue une preuve incontestable et évidente du contraire. Il ne s’agit pas d’une croyance habituellement partagée par les autres membres du groupe ou du sous-groupe culturel du sujet », évoluant depuis < 1 mois.

NB : la sémiologie des idées délirantes est développée dans le syndrome positif de la schizophrénie (thème, systématisation, adhésion, retentissement).

Epidémiologie : l’agitation représente 10-15 % des consultations psychiatriques aux urgences

1) Etiologie 1A

  • Etiologies non-psychiatriques

Iatrogénie médicamenteuse : à évoquer dans tous les cas !
– Effet paradoxal des BZD ou des antipaludéens (Méfloquine ++)
– Initiation d’un antidépresseur : virage maniaque ou hypomaniaque, sd sérotoninergique
– Prise d’anticholinergique : sd confusionnel
– Autres : corticoïdes, agonistes dopaminergiques, isoniazide, IFN…

Etiologie toxique
Alcool : intoxication et sevrage (délirium tremens)
– Drogues : intoxication et sevrage (LSD, cocaïne, amphétamines…)
Intoxication au CO

Autres étiologies
Embolie pulmonaire
– Pathologie métabolique ou endocrinienne : hypoglycémie, dysnatrémie, hypercalcémie, hyperthyroïdie
– Infection : urinaire, pulmonaire, paludisme
Globe vésical ou fécalome chez le sujet âgé
– Pathologie neurologique ou neurochirurgicale chez le sujet âgé : AVC, HED, HSD, crise convulsive, démence débutante…

  • Etiologies psychiatriques

Etio Clinique
Episode dépressif caractérisé Agitation anxieuse
± Idées délirantes congruentes à l’humeur (thème de culpabilité, ruine, hypochondrie)
Trouble bipolaire Episode maniaque, hypomaniaque ou mixte
± Idées délirantes de tous types (mégalomaniaque ou de persécution ++)
Attaque de panique / trouble panique Crise de panique isolée (AP) ou répétée (TP)
Trouble délirant persistant Idées délirantes isolées évoluant depuis ≥ 1 mois
Thème de type jalousie ou persécution ++ chez le sujet âgé
Trouble psychotique chronique débutant (trouble schizophrénique et différentiels)
Idées délirantes + sd de désorganisation et/ou négatif
< 1 mois : tbl psychotique bref
1 à 6 mois : tbl schizophréniforme
≥ 6 mois : schizophrénie, tbl schizo-affectif
Crise clastique (dg d’élimination) Contexte de tbl de la personnalité : borderline, antisociale, histrionique

NB : l’agitation est un signe totalement aspécifique, toutes les pathologies psychiatriques sont susceptibles d’induire une agitation !

2) Orientation diagnostique 1A

A) Clinique

Anamnèse
– Circonstances et modalités d’apparition (brutale / périphérique, permanent / intermittent)
– Recherche des ATCD psychiatriques ou non, prise de médicaments psychotropes et de toxiques

Signes associés selon l’étiologie en cause
– Somatiques : neuro (épilepsie, déficit focal…), endocriniens (déshydratation, hyperthermie…), infectieux (signes méningés, dyspnée…)
– Psychiatriques : signes thymiques (maniaques, dépressifs, mixtes), psychotiques (hallucinations, sd de désorganisation et sd négatif) ou anxieux

Recherche des signes cliniques de gravité associés à une agitation
– Syndrome confusionnel
– Déshydratation sévère
– Sepsis, état de choc, détresse respiratoire aiguë

B) Paraclinique

Dans tous les cas, éliminer une pathologie non-psychiatrique en priorité !

Bilan devant une agitation / un délire aigu
Systématique
– Biologie : glycémie, iono avec calcémie, NFS, CRP, hémostase
– ECG (+ intérêt pré-thérapeutique si sédation)
Selon les données cliniques d’orientation
– Intoxication : alcoolémie, toxiques urinaires
– Métabolique / endocrinien : bilan hépatique, fonction rénale, TSH
– Neurologique : PL, TDM cérébral, EEG
– Infectieux : ECBU, frottis-goutte épaisse, Rx pulmonaire

C) Synthèse 0

Non-réalisée

3) Traitement symptomatique 1A

Hospitalisation en urgence, avec consentement si possible, sans consentement en cas de refus et de mise en danger, pour bilan et traitement étiologique immédiat d’une cause non-psychiatrique (le traitement adapté d’un trouble psychiatrique doit être différé).

Mesures générales
– Environnement calme, chambre éclairée
– Prévention du risque auto- ou hétéro-agressif
– ± Contention physique si indispensable le temps d’obtenir une sédation (la contention peut aggraver le sd confusionnel associé à l’agitation)

Traitement pharmacologique Benzodiazépines et antipsychotiques
– Benzodiazépines : BZD à demi-vie courte (oxazépam PO) ou autre (hydroxyzine PO), CI si insuffisance respiratoire ou myasthénie, ne pas utiliser de BZD IM
– Antipsychotiques : antipsychotique (cymémazine, loxapine PO doivent être réservés aux agitations sévères car ils peuvent aggravés les troubles de la virgilance, et ne devraient pas être administrés sans ECG au préalable) : CI si glaucome à angle fermé, adénome prostatique, QT long à l’ECG. Les traitements per os sont à privilégier aux traitements intramusculaires.

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Une réponse à “Agitation et délire aigu”

  1. Bouffée délirante aiguë : terme très utilisé en France mais pas reconnu dans les classifications internationales. Parfois synonyme de trouble psychotique bref (trouble schizophrénique), mais souvent utilisé pour tout « délire aigü ».

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.







Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Psychiatrie, Urgences
Item(s) R2C (ECNi) : 351 (346)

Articles liés
(Section vide)

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CNUMU-APNET 4e édition (Réf. de Médecine d´urgence - 2022) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2020]
CNUP 3e édition (Réf. de Psychiatrie - addictologie - 2021)
CEMIR - Agitation, angoisse (Réf. de Réanimation - 2018)
Épisode délirant aigu à l’adolescence (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
Agitation aiguë chez un adulte (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2019) [Payant] Résumé : Avec calme, éloigner ce qui contribue à l'agitation ou présente un danger. Benzodiazépine orale si acceptée, ou intramusculaire, parfois neuroleptique voire contention
Isolement et contention en psychiatrie générale (RBP - HAS, 2017. Synthèse PDF)

Publications scientifiques
Declercq "Quels traitements médicamenteux et non médicamenteux sont utiles dans la PEC des comportements agressifs et de l’agitation chez les personnes démentes ?" (Minerva, 2020) "Cette méta-analyse en réseau, correctement menée d’un point de vue méthodologique, montre que l’efficacité clinique des traitements non médicamenteux est en général meilleure que celle des traitements médicamenteux dans la prise en charge des comportements physiques et de l’agitation chez les personnes atteintes de démence."


Outils de consultation

Echelle AlgoPlus (Document - Asso Doloplus)


Documents grand public

(Section vide)

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale