Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Attaque de panique

Crise d'angoisse

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 02/03/20.

Dernières mises à jour
Mars 2020 : publication (Vincent)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CNUP 2e édition 2016 – item 347 (référentiel des enseignants de psychiatrie)

1) Généralités 1A

Déf : l’attaque de panique (AP) = crise d’angoisse aiguë est un épisode aigu d’anxiété, bien délimité dans le temps, isolé ou secondaire à un trouble psychiatrique (dont le trouble panique défini par la répétition des AP).

Physiopathologie : certaines sensations peuvent s’expliquer par l’hyperventilation (signes d’hypocapnie : vertiges, paresthésies). Des facteurs biologiques sont connus comme susceptibles de provoquer des AP : cholécystokinine, lactate de sodium.

Au niveau cognitif, différents facteurs peuvent venir renforcer les cognitions catastrophistes (auto-renforcement par les signes physiques, inquiétudes de l’entourage), voir aussi la physiopathologie du trouble panique.

Epidémiologie
– Prévalence vie entière = 3-5 %
– Prédominance chez la femme jeune, sex-ratio = 2

 

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Signes physiques, psychiques et comportementaux bien délimités dans le temps, d’apparition rapide

A ) Clinique

  • Sémiologie

L’anamnèse de l’AP est caractéristique : le début est brutal avec intensité maximale atteinte en quelques minutes voire secondes, et une décroissance progressive avec soulagement et parfois asthénie post-critique. Les signes sont bien délimités dans le temps, l’AP dure en moyenne 20-30 minutes.

Signes physiques variables selon les patients
– Respiratoires ++ : dyspnée, sensation d’étouffement, blocage respiratoire ± hyperventilation
– CV : tachycardie, palpitations, oppression thoracique voire véritables douleurs
– Neurovégétatifs : sueurs, tremblements, pâleur, érythème facial, sensation d’étourdissement ou de vertige
– Digestifs : douleurs abdominales, nausée / vomissements, diarrhée
– Autres : pollakiurie, tremblements, impression de paralysie…

Signes psychiques
– Cognition catastrophiste = peur intense sans objet, sensation de perte de contrôle
– Pensées centrées sur la peur de mourir, de devenir fou
– ± Signes de dépersonnalisation et de déréalisation

Signes comportementaux
– Agitation psychomotrice
– Plus rarement inhibition, jusqu’à la sidération
– Passage à l’acte auto-agressif (exceptionnel)

  • Critères diagnostiques (DSM-5)

Une période bien délimitée de crainte ou de malaise intense, dans laquelle ≥ 4 des 13 symptômes suivants sont survenus de façon brutale et ont atteint leur acmé en moins de 10 minutes :

– Palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque.
– Transpiration.
– Tremblements ou secousses musculaires.
– Sensations de « souffle coupé » ou impression d’étouffement.
– Sensation d’étranglement.
– Douleur ou gêne thoracique.
– Nausée ou gêne abdominale.
– Sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement.
– Déréalisation (sentiment d’irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi).
– Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou.
– Peur de mourir.
– Paresthésies (sensations d’engourdissement ou de picotements).
– Frissons ou bouffées de chaleur.

Le DSM-5 propose également de distinguer les AP ‘attendues’ et ‘non-attendues’
– Non-attendues : sans facteur déclenchant, plus spécifique du trouble panique
– Attendues : facteur déclenchant (ex : stimulus phobique)

B ) Paraclinique

Le diagnostic d’AP est purement clinique.

C ) Diagnostic différentiel

Pathologies non-psychiatriques
– CV : SCA, poussée d’insuffisance cardiaque, HTA, troubles du rythme
– Respiratoires : asthme, EP
– Neurologiques : épilepsie, crise migraineuse, AIT
– Endocriniennes : hypoglycémie, phéochromocytome, hyperthyroïdie, Cushing, hypoparathyroïdie

Intoxications par une substance psychoactive
– Intoxication aiguë : alcool, cannabis, cocaïne, ecstasy… (attention, certaines sont aussi pourvoyeuses de véritables AP, elles prennent alors le rôle de facteur déclenchant)
– Iatrogénie : corticoïdes, hormones thyroïdiennes…
– Sevrage : alcool, BZD

3) Evolution 1A

Un épisode d’AP réactionnel à un stress identifié (« AP attendue ») peut rester unique et isolé. La répétition des AP avec apparition d’une anxiété anticipatoire caractérise le trouble panique.

L’AP peut également survenir dans d’autres pathologies psychiatriques : phobie simple, phobie sociale, trouble stress post-traumatique, ou à l’acmé de ruminations anxieuses ou dépressives (TAG, épisode dépressif caractérisé).

4) PEC 1A

A ) Bilan initial

Après avoir éliminé les différentiels (non-psychiatriques et substances psychoactives ++), on peut retenir le diagnostic d’AP, s’intégrant ou non dans le cadre d’un trouble psychiatrique.

B ) Traitement

Le traitement d’une AP isolée est habituellement ambulatoire. Une hospitalisation est cependant envisagée en cas de comorbidités lourdes (risque suicidaire élevé, épisode dépressif caractérisé d’intensité sévère…).

> Traitement non-pharmacologique

Mise en condition : installation au calme, attitude empathique
Réassurance, information
Mesures de contrôle respiratoire (focalise l’attention du patient, limite l’hyperventilation)

> ± Traitement pharmacologique : anxiolyse par BZD PO notamment si l’AP se prolonge

> PEC à distance

AP isolée : apprendre à reconnaître l’AP en cas de récidive, RHD (sommeil, diminution des psychostimulants…)

AP dans le cadre d’une pathologie psychiatrique : PEC de la pathologie sous-jacente

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.





Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Psychiatrie, Urgences
Item(s) R2C (ECNi) : 352 (347), 66 (64)

Articles liés
Troubles du spectre obsessionnel et compulsif
Syndrome d‘hyperventilation
Trouble phobique
Trouble obsessionnel compulsif
Troubles de la personnalité
Trouble stress post-traumatique
Trouble de l’adaptation
Trouble anxieux généralisé
Trouble panique
Agoraphobie
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CNUMU-APNET 4e édition (Réf. de Médecine d´urgence - 2022) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2020]
CNUP 3e édition (Réf. de Psychiatrie - addictologie - 2021)
CEMIR - Agitation, angoisse (Réf. de Réanimation - 2018)
Adolescent en danger aux urgences (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
Quelle place pour les benzodiazépines dans l’anxiété ? (Fiche Bon Usage - HAS, 2018)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale